Thérapie et analyse en ligne.

Ouvrir la psychanalyse à tous, c'est la transmettre 

 

Pourquoi j'ai choisi de pratiquer (aussi) en ligne

Pour deux raisons : la première est d'ordre pratique. Je vis et travaille dans un village Ardéchois, j'y reçois en cabinet. Mais il y a une réalité à prendre en compte : les villages sont tous éloignés les uns des autres ce qui complique les choses car il faut que la personne conduise et ait son propre  véhicule. Les transports en commun étant réservés aux axes importants, très peu desservent les villages de montagne. Or conduire *et* posséder son propre véhicule n'est pas le cas de tout le monde. Ce qui n'enlève pas une forte demande : les soignants en témoignent chaque fois que je les rencontre. C'est donc un réel problème. 

 

En outre, il ne faut pas perdre de vue qu'aller voir un "psy" est une chose que l'on garde en général pour soi. En ville, c'est différent : "voir un psy" s'est vulgarisé et n'est plus tellement tabou ... même si ça demeure toujours du domaine de l'intime et que ça ne se partage pas avec tout le monde. En ville, on peut se fondre dans l'anonymat.

En milieu rural, l'anonymat n'existe pas et c'est un frein réel à consulter : le nombre d'habitants par villages et hameaux étant restreint, il est difficile de rester discret sur ce que l'on fait ou pas.

 

La consultation en ligne permet aux habitants de ces villages d'entreprendre un travail avec un psy en toute discrétion et donc encourage à consulter lorsqu'il y a souffrance. C'est cette raison qui m'a conduite à travailler en ligne (parallèlement à mon travail en cabinet) : ne pas laisser toute une catégorie de la population seule avec sa souffrance.

A ce propos, je suggère la lecture de l'ouvrage collectif : 

"Skype sur le divan - La cure analytique à distance"

Préface de Serge Tisseron


Ainsi que l'article Je vois mon psy sur Skype à lire ici